Que fait un linguiste chez Inbenta ?

En quoi consiste le métier de linguiste ?

Les linguistes sont des personnes ayant une formation en linguistique. Ils sont donc en capacité de bien comprendre et d’analyser le langage humain et d’expliquer cette compréhension à une machine. La linguistique informatique est un domaine assez particulier, les gens viennent autant de filières littéraires que scientifiques. Mélange étonnant pour un métier méconnu.

Chez Inbenta, les linguistes interviennent sur le côté sémantique de la solution, c’est-à-dire mettre à jour toutes nos ressources lexicales, en fonction de ce qu’ils découvrent sur différents projets. C’est aussi eux qui vont accompagner les clients sur toute la mise en place de la base de connaissances, en leur faisant bénéficier de l’expérience d’inbenta sur le sujet. Inutile donc de questionner un linguiste sur le nombre de langues qu’il maîtrise, ou pire encore de le supplier de traduire votre lettre de motivation en anglais !

 

Si vous voulez connaître plus précisément les profils des inbentors (développeurs, linguistes, directeur), c’est par ici !
Un ingénieur linguiste chez Inbenta se voit attribuer 3 grandes missions principales : la gestion de projet (majorité du temps), la R&D/veille et la gestion des ressources lexicales.

Qu’est-ce que la gestion de projet pour le linguiste ?

La gestion de projet est le domaine de compétences qui est le plus sollicité puisque près de 10 clients Grands Comptes (ex : Axa, Maaf, MMA, Cetelem, La Banque Postale, …) sont attribués à chaque linguiste qui doit être apte à prendre en charge les trois phases principales de la conduite de projet à savoir son lancement, son suivi et son évolution.
Il doit être capable d’analyser la demande de son client afin de lui proposer des solutions adaptées, accompagnées de diverses recommandations (ergonomiques, linguistiques, techniques). En début de projet, le linguiste sera très présent afin de s’assurer que les bases du projet soient solides.
Il participe à la consolidation du projet en s’assurant que la solution de selfcare implémentée atteigne les meilleures performances possibles, via notamment du fine-tuning. Pour atteindre cet objectif, le linguiste analyse mensuellement les statistiques et divers verbatims enregistrés dans notre back-office.
Ces derniers, le linguiste se charge de les analyser sémantiquement, et ce, chaque mois, afin de pouvoir déceler :
  • Les thèmes manquants, notamment grâce aux questions des utilisateurs qui sont restées sans réponse.
  • Les réponses à optimiser : certains contenus de la base de connaissances peuvent avoir un titre peu explicite ou une réponse trop vague. Nous faisons cette hypothèse lorsqu’un contenu pertinent est remonté sans être cliqué. Les commentaires des internautes déposés via le module d’évaluation, nous donnent également des indications précises sur l’efficacité des réponses proposées.
  • Les failles dans l’algorithme de réponse : des réponses non-pertinentes peuvent être proposées à l’internaute. Pour régler cette faille, le linguiste va travailler sur l’algorithme du moteur et sur la linguistique du projet pour proposer des correctifs adaptés.

L’accompagnement lors du setup est très plébiscité par nos clients. Beaucoup sont assez perdus sur la partie création de contenus. Les linguistes sont là pour donner les bons conseils, afin de créer du contenu pertinent et correctement formulé. La détection de nouveaux besoins est aussi quelque chose de très apprécié par les clients. Grâce à cette recommandation nos clients peuvent savoir ce que recherche leurs utilisateurs avec exactitude. De plus, notre contact permanent avec nos clients permet aussi à nos linguistes de fournir une assistance dans l’utilisation du back office et ainsi qu’une formation dédiée.

Enfin, le linguiste se doit d’avoir une vue macroscopique du projet. Il doit connaître toutes les actions techniques et linguistiques réalisées et en cours de réalisation. Une bonne connaissance de la stratégie marketing de ses clients lui permettra de proposer des innovations répondant à leurs besoins et qui feront évoluer le projet (par exemple en développant de nouveaux modules, fonctionnalités, voire des nouveaux produits).
Les compétences nécessaires : autonomie, rigueur, bonne relation client, dynamisme, pro-activité, organisation, réactivité, inventivité

Quelles sont les actions de R&D et de veille du linguiste ?

Lors de son travail de gestion de projet le linguiste voit émerger de nouveaux besoins provenant soit de la demande d’un client, soit de sa propre demande (par exemple, pour automatiser une tâche de travail chronophage). Pour y répondre, cela nécessite de réfléchir à des solutions, de les mettre en place et de les évaluer. Chaque année, nous consacrons du temps à l’élaboration de divers projets de R&D. Généralement ceux-ci amènent le linguiste à travailler main dans la main avec les développeurs.
Ces travaux de recherche peuvent ensuite faire l’office d’un article scientifique qui, après acceptation, amène à participer à certaines conférences (TALN, etc…). Cela nécessite, en amont, de renforcer sa « culture T.A.L. », de s’informer régulièrement sur les dernières tendances du domaine du T.A.L. (Traitement Automatique du Langage) car cette ère du numérique en fait un domaine très mouvant. C’est pourquoi nous nous attachons à réaliser de la veille stratégique.
Les compétences nécessaires : travail de groupe, méthodes de recherche, innovation, curiosité, capacité rédactionnelle et d’analyse, culture T.A.L.

Qu’est-ce que la gestion de ressources lexicales pour le linguiste ?

Le dernier pan du métier de linguiste fait appel à ses connaissances linguistiques. Le linguiste doit maintenir et enrichir le lexique qui est l’élément clé du fonctionnement du moteur. Le lexique comprend des milliers de termes mais également les modules de désambiguïsation sémantique, le correcteur orthographique, les grammaires locales etc. Il faut donc améliorer ces divers modules. La taille de notre lexique étant très importante, nous créons des outils d’aide à l’ « exploration » et l’enrichissement automatique du lexique.
Les compétences nécessaires : linguistique générale (morphologie, sémantique…), lexicologie, théorie Sens-Texte, fonction lexicale, traitements linguistiques, programmation

Pour aller plus loin !

Découvrez l’interview de Laurie Planes, responsable linguistique d’Inbenta France, qui nous donne une explication du métier de linguiste, leur rôle chez Inbenta et surtout de quelle manière leur savoir-faire permet d’augmenter les capacités d’un bot.

Si après cette petite lecture, vous désirez rejoindre notre équipe d’Inbentors toulousaine, n’hésitez pas à nous contacter.

Inbenta est un leader dans les technologies innovantes de recherche pour les entreprises. Nous mettons en oeuvre les dernières avancées en termes de traitement automatique du langage afin d’améliorer la qualité de service pour les entreprises et leurs clients.

Intéressés ? Notre team d’experts est à votre service pour vous créer une offre personnalisée.

PLANIFIER UNE DÉMO

Utilisation des cookies : Nous utilisons des cookies propres et de tiers pour fournir nos services et recueillir des informations statistiques. En poursuivant la navigation, vous en acceptez l’installation et l’utilisation. Vous pouvez modifier les paramètres ou obtenir plus d’informations dans notre cookies policy.