Demain, un nouveau membre dans notre famille : le robot assistant domestique !

Qu’ils soient “connectés”, “intelligents” ou “smart”, “domestiques”, “virtuels”, “personnels”, “vocaux”, les assistants sont bien là et ils l’ont prouvé lors du CES2017, LE rendez-vous du high-tech’ de l’année. Pas encore totalement démocratisés car encore dans une phase de déploiement et de test, ils ne devraient pas tarder à quitter le CES et se rendre tout droit dans nos maisons pour se frayer une place dans notre canapé tel un anima.., pardon, robot domestique.

Qu’ont-ils de plus que nous, ces robots assistants ?

Ces assistants sont le plus fréquemment qualifiés de connectés car ils relient le monde physique et le monde virtuel via un réseau sans fil ou des protocoles de communication spécifiques. Ils sont aussi très communément appelés assistants intelligents du fait de leur capacité à recevoir de gros volumes de données, les analyser, leur donner du sens et agir en conséquence.
Les travaux scientifiques de recherche et développement relèvent du domaine du Web des objets ou Internet des Objets (IoT). Celui-ci a vu le jour très récemment, en 1994, grâce notamment à Rafi Haladjian qui a conçu le premier objet connecté : une lampe connectée en Wifi qui diffuse une lumière d’une couleur différente selon des variables telles que la météo, la pollution, la Bourse etc. Désormais, ce sont des milliers de start-ups qui se lancent dans le nouveau défi de ce millénaire ! D’ailleurs la FrenchTech est bien partie dans la course !

Ces robots assistants sont-ils plus intelligents que nous ?

Il ne faut pas croire que ces robots sont là pour nous remplacer, simplement ils sont là pour nous assister dans certaines tâches. De toutes façons nous sommes les “créateurs” (huhu), donc nous pouvons leur donner le QI que nous voulons ! :p

Leur puissance est surtout celle de la collecte et l’analyse d’une masse de données en un temps record. Cela rejoint les problématiques du Big Data.
Aussi, nous sommes en train de les doter du langage pour qu’ils puissent interagir avec nous. Le traitement automatique du langage (T.A.L.) est la discipline qui nous permet de réaliser cela. Des linguistes informaticiens dotent les robots d’une capacité de compréhension et d’expression. Ainsi les robots analysent le sens de la déclaration de l’interlocuteur formulée en langage naturel, la comprennent et y répondent de façon pertinente et intelligible. Cela peut paraître simple pour nous, humain, pour qui il s’agit d’une tâche quasi-inconsciente et innée. Ce n’est pas si simple de doter un robot du langage. Le robot doit pouvoir être capable de :

  • Extraire les informations pertinentes de la déclaration ;
  • Comprendre ces informations ;
  • Rechercher la réponse à la question dans une base de connaissances pour avoir matière à y répondre ;
  • Formuler une réponse en langage naturel.

Ces quatre points font appel à quatre disciplines du domaine du T.A.L : la reconnaissance et la synthèse vocale, l’extraction d’informations, la recherche d’informations, la génération automatique de texte. Ces disciplines existent indépendamment l’une de l’autre et sont des disciplines à part entière. Allier les quatre représente donc un travail conséquent. Les robots ont déjà bien évolué mais ont encore une marge de progression car le langage est très complexe. Par exemple, il y a encore des sujets de recherche tels que : la résolution d’anaphore, la gestion de l’ironie, l’analyse de sentiment, la pragmatique, etc…

Les robots assistants domestiques nous ressemblent-ils, physiquement ?

Leur apparence varie selon d’une part le public cible et d’autre part son utilité. Le monde des objets connectés est très vaste puisqu’il touche tout, nous-mêmes et notre environnement.  En fait, on dote d’une intelligence tous nos objets du quotidien : vêtements, accessoires, objets électro-ménagers ou électroniques. Mais les véritables assistants dont on entend parler ces derniers temps prennent le plus souvent la forme de robots, de robots humanoïdes ou bien d’enceintes. Là vous devriez respectivement avoir l’image en tête du fameux Pepper (qui, malheureusement pour nous, a souhaité devenir japonais mais c’est pas grave nous avons désormais Buddy) et Echo d’Amazon.

Robot assistant domestique intelligent

 

À quoi ces robots assistants vont-ils bien pouvoir nous être utiles ?

La course à l’intelligence artificielle est lancée entre les G.A.F.A. avec respectivement Alexa, Echo, M et Siri ainsi que Microsoft et Samsung. Ces géants proposent des robots à tout faire -notamment nous tenir compagnie, tandis que d’autres se focalisent sur un objectif particulier. Les vocations principales sont : la domotique, l’éducation, la médecine, l’assistance à la personne, la sécurité. Domgy est une bonne illustration de ces utilisations :

D’autres exemples de robots qui pourraient peut-être vous être utiles au quotidien :

  • en se réveillant : votre Moodbox peut diffuser de la musique selon votre humeur
  • en préparant la cuisine : Mykie peut analyser le contenu de votre réfrigérateur, vous donner des idées de recette, et vous alerter de la fin de la cuisson
  • pour s’occuper de votre chien en votre absence : SinglePet le robot qui peut donner à manger à votre animal à distance

En 2015, au Japon, pays “robophile”, un hôtel a ouvert en proposant comme réceptionnistes et bagagistes des robots !


Comment nous protéger contre ces robots domestiques s’ils deviennent dangereux ?

Évidemment, cette révolution technologique n’est pas sans poser des problèmes d’éthique et législatif et sans faire naître des réflexions philosophiques. Heureusement, il existe en France la Commission de réflexion sur l’Éthique de la Recherche en sciences et technologies du Numérique d’Allistene (CERNA) pour apporter des réponses aux différentes problématiques. La communauté scientifique de T.A.L. française avait également créé en juin 2015 le blog https://www.ethique-et-tal.org/.

Aussi, à l’échelle européenne, les députés européens de la commission juridique ont récemment proposé de définir un cadre légal aux robots et ce via différents axes :

  • Créer une agence européenne de la robotique et de l’intelligence artificielle afin que les autorités publiques aient une expertise technique, éthique et réglementaire.
  • Créer un code de conduite éthique afin de réguler la conception et la production des robots en cadrant la conduite des ingénieurs en robotique. Là, il y a notamment la problématique de la protection des données personnelles qui apparaît.
  • Donner un statut juridique de “personne électronique” aux robots qui les dotera de droits et de devoirs.  Au vue de leur autonomie il devient en effet nécessaire de définir légalement de qui relève la responsabilité de ces robots, de leur fabricant ou de leur utilisateurs.
  • Anticiper l’impact socio-économique. Selon certaines études, la présence de robots pourrait faire chuter le nombre d’emplois car ils remplaceraient les humains sur des tâches à faible valeur ajoutée. Certains politiciens proposent alors de taxer l’utilisation et l’entretien des robots; la redevance financerait alors la reconversion des travailleurs ayant perdu leur emploi à cause des ces derniers.

Ces propositions doivent être votées courant février.

Enfin, Amazon, Google, Facebook, IBM, Microsoft et dernièrement Apple font partie d’une association nommée Partnership of IA dont le but est de « faire avancer la compréhension du public sur l’intelligence artificielle (AI), et de définir les meilleures pratiques sur les défis et les opportunités dans ce domaine ».

Robot humanoïde : le saviez-vous ?

Inbenta aussi lance un appel à projet ! Nous souhaitons installer un humanoïde chez nos banquiers et assureurs qui puisse accueillir et répondre aux clients ! Cela est possible grâce à notre partenariat avec la société Cybedroid, concepteur d’humanoïde, Voxolab, transcripteurs vocaux, et grâce à notre super équipe de linguistes qui traite la voix du client ! 🙂

 

Inbenta est un leader dans les technologies innovantes de recherche pour les entreprises. Nous mettons en oeuvre les dernières avancées en termes de traitement automatique du langage et solutions de self-care afin d’améliorer la qualité de service pour les entreprises et leurs clients.

Intéressés ? Notre team d’experts est à votre service pour vous créer une offre personnalisée.

PLANIFIER UNE DÉMO