Facebook chatbot

Des chatbots Facebook créent un nouveau langage : pourquoi est-ce une bonne chose ?

Un chatbot Facebook qui s’exprime dans son propre langage ne devrait donner lieu à aucune inquiétude. Au contraire, il faudrait s’en réjouir.

« N’aurions-nous pas créé le monstre de Frankenstein ? »

Comme toujours, les critiques n’ont pas perdu de temps pour suivre le mouvement et déclamer à leur tour que « l’intelligence artificielle est la fin de l’humanité » après que Facebook ait décidé de désactiver deux chatbots ayant commencé à communiquer dans un langage inconnu.

Voici un extrait de la conversation entre les deux bots Facebook :

  • Bob : je peux je je tout le reste…………..

  • Alice : les ballons n’ont aucun pour moi pour moi pour moi pour moi pour moi pour moi pour moi pour moi pour

Certains écrivains ont tiré la sonnette d’alarme et affirmé qu’il s’agit du début de la « rébellion » de l’intelligence artificielle (IA) et que celle-ci ne tardera pas à « se retourner contre ses créateurs ». Mais si le contenu de cette conversation paraît quelque peu effrayant, la réalité est bien différente.

Bots Facebook : est-ce que Facebook a “paniqué” et désactivé ses chatbots ?

Oui, Facebook a bel et bien stoppé ses deux chatbots, mais ce n’est pas en raison d’une quelconque inquiétude vis-à-vis du contenu de leurs conversations.

Comme nous l’avons expliqué dans un autre article, ils ont été conçus pour déterminer si oui ou non, des bots munis d’objectifs différents étaient capables d’engager des négociations – que ce soit avec d’autres bots ou des personnes – et de parvenir à un accord commun. Facebook a mis fin aux discussions pour cette simple raison : le langage utilisé par les bots n’était pas productif dans le cas de négociations avec des humains.

Comme le chercheur Dhruv Batra l’explique, ils n’avaient rien à y gagner si les bots ne pouvaient pas être compris par des êtres humains.

Dans un post Facebook, Batra explique que de tels bots parviendront toujours à trouver des manières de maximiser le bénéfice et que changer les paramètres d’une expérience n’est pas la même chose que désactiver une IA. De par leur essence-même, les robots trouveront toujours le moyen d’achever les objectifs définis par les humains.

 

Est-ce que la perspective d’IA s’exprimant dans leur propre langage est une mauvaise chose ?

Pas nécessairement. Au contraire, la perspective de développer des softwares capables de communiquer plus efficacement entre eux est plutôt séduisante.

En principe, le futur de ce langage robotique s’inscrit dans une vision à court-terme. Au cœur du monde technologique, on trouve le désir de maximiser l’efficacité afin de repousser toujours plus les limites de l’innovation. Si des IA sont capables d’accomplir une tâche plus rapidement sans « menacer l’existence humaine », pourquoi devraient-elles être arrêtées ?

Nous avons de nombreux exemples d’ordinateurs capables de créer leurs propres langues – comme cela est souligné ici. Par conséquent, il est loin d’être déraisonnable d’envisager un scénario où, au lieu d’investir une grande quantité de temps et d’argent dans le développement d’API, différents softwares et applications parviennent à communiquer les uns avec les autres afin de fournir aux utilisateurs une expérience plus homogène.

Il existe d’autres problématiques bien plus importantes et plus complexes autour des IA ; des robots qui s’expriment avec un innocent charabia sont loin d’en faire partie.

 

Inbenta est un leader dans les technologies innovantes de recherche pour les entreprises. Nous mettons en œuvre les dernières avancées en termes de traitement automatique du langage afin d’améliorer la qualité de service pour les entreprises et leurs clients.

Intéressés ? Notre team d’experts est à votre service pour vous créer une offre personnalisée. 

PLANIFIER UNE DÉMO